Les poches du mois : Le jour des corneilles – Les passeurs de livres de Daraya – Les invisibles

roy-jacobson-les-invisibles-librairie-le-failler

Le poche du mois

« Ce sont des jours étranges, ces jours après le retour, le retour d’un père, d’un mari, d’un fils et d’un frère. En outre c’est la fin avril et la lumière a chassé la nuit pour de bon, il n’y a même pas de soir, juste le matin, les agneaux sont là ainsi que les bruyères, et les eiders se dandinent sur terre. L’homme qui vient de rentrer est content de voir que rien a changé, car c’est toujours celui qui s’absente qui préfère que le temps s’arrête. »

Ingrid Barrøy raconte son enfance passée sur une île minuscule au nord de la Norvège, où seule vit sa famille. Une courte enfance, car la rudesse des éléments pousse à grandir trop vite. Les tempêtes et le froid font de cette vie un dur labeur, et l’océan emporte autant qu’il offre. Pourtant cette nature hostile attire, aimante, crainte et sublimée.

« On ne sait pas que, lorsque l’on vit sur une île, on n’en part jamais, on ne sait pas qu’une île s’accroche à ce qu’elle a, de toute ses forces. »

Entre récit familial et roman d’aventures, Les invisibles captive par ses personnages d’une force étonnante, ses parties de pêches tonitruantes et sa facilité à planter le lecteur sur ce petit bout de terre coincé entre ciel et mer.

Coup de cœur pour ce voyage poétique et authentique au nord du monde !

Denis

Les invisibles, Roy Jacobsen, Folio

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler

delphine-minoui-les-passeurs-de-livres-de-daraya

L’essai du mois

  1. La rébellion dans la ville Syrienne de Daraya est rapidement étouffée par l’armée. La ville est assiégée. Les espoirs d’une parole libre et d’un régime tourné vers le peuple sont enterrés sous les bombardements. L’heure est à la survie et à la résistance. Résister contre le fanatisme de Daech, ennemi extérieur, mais aussi intérieur, et contre les forces d’Assad, leur propagande et leurs barils d’explosifs et de gaz chimiques. Quelques jeunes Syriens décident dans cet enfer de sauver les livres des décombres pour fonder une véritable bibliothèque secrète, une bibliothèque de prêt, souterraine, accessible à tous les derniers habitants de Daraya.

« Pour Omar, la lecture est un instinct de survie, un besoin vital. À chaque permission, il se précipite à la bibliothèque pour emprunter de nouveaux imprimés. Les livres l’habitent, ils ne le lâchent pas. Seul face à la nuit, avec son arme comme seule compagne, il lit. Il croit aux livres, il croit en la magie des mots, il croit aux bienfaits de l’écrit, ce pansement de l’âme, cette mystérieuse alchimie qui fait qu’on s’évade dans un temps immobile, suspendu. Comme les cailloux du Petit Poucet, un livre mène à un autre livre. On trébuche, on avance, on s’arrête, on reprend. On apprend .chaque livre, dit-il, renferme une histoire, une vie, un secret. »

Cet essai est un hommage au courage de ces habitants, un hymne à la culture et à la connaissance, une ode au livre. Véritable et trop rare témoignage de cette parole tolérante et universelle des premières heures de la révolution syrienne, dénonçant le régime et tellement loin des exactions de Daech, une révolution toujours vivante, mais sans porte-voix. Delphine Minoui pallie brillamment  ce manque.

Une vraie claque !

Denis

Les passeurs de livres de Daraya, Delphine Minoui, Points

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler

le-jour-des-corneilles-jean-françois-beauchemin-librairie-le-failler

Le poche du fonds

« Il était terrifié par le trépas. Le seul penser qu’il allait un jour rendre l’âme lui inspirait frissons et saisissements extraordinaires. Aussi père usait-il d’un étrange manège pour retarder le moment de sa transformation en cadavre : il dévorait chaque jour quantité de viandes grasses et de lard nouveau. « – Il faut que le corps s’engraisse, Fils ! Parnoir ! Le trépas s’intéresse-t-il aux mangeurs et pansus ? Jamais ! « Tel était son entendement. »

Depuis la mort de sa mère en couche, Courge, de son prénom, vit seul avec son père dans une cabane dans la forêt. Volontairement coupé du monde civilisé, malgré les accès de folie et de violence paternels, l’enfant cherche innocemment la reconnaissance, l’amour. De ces semblables, mais aussi de cet homme qui craint autant qu’il côtoie la mort, omniprésente dans ce conte cruel, mais non dépourvu d’empathie pour cet antihéros vieillissant avec ses secrets et ses visions.

« Oui, père mûrissait en sa vie et menaçait, ainsi que le fait le fruit vieillissant sur l’arbre, de quitter la branche de l’ici-bas. »

Tristement désappointé après trois livres abandonnés aux premières pages, j’essaie dans un dernier sursaut d’espoir Le jour des corneilles. Et PAF ! Passé l’étonnante et intrigante collision avec le vieux français (ou plutôt vieux québécois), la langue superbement maîtrisée me happe, ajoutant à l’isolement et à la folie. Je m’envole avec cet ovni littéraire, lugubre et gracieux, qui chamboule toute morale.

Oui c’est un repas macabre, mais je me suis régalé !

Denis

Le jour des corneilles, Jean-François Beauchemin, Libretto, édition collector

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.