Objectif terre : L’éco-anxiété

Notre rubrique consacrée à l’écologie « Objectif terre » est de retour, et dorénavant, c’est Clara que vous retrouverez chaque mois aux commandes de ce rendez-vous mensuel.

Pour ce nouveau numéro d’Objectif Terre je vais vous parler de la notion d’éco-anxiété.

L’éco-anxiété, qui combine les termes écologie et anxiété, reflète un véritable mal être de notre siècle. C’est la médecin-chercheur Véronique Lepaige qui a théorisé le concept en 1996. Ce terme est de plus en plus employé au vu de l’importance que tendent à prendre les questions écologiques dans notre société, et plus précisément auprès des jeunes générations. Il n’y a pourtant pas, aujourd’hui, de définition précise de l’éco-anxiété, encore moins d’un point de vue médical. D’une manière générale les différents spécialistes s’accordent pour parler d’un sentiment de préoccupation, d’inquiétude, d’anxiété, lié aux questions écologiques actuelles de notre monde. Ces ressentis peuvent avoir plusieurs déclencheurs et ils interagissent différemment avec chaque personne. Un sentiment d’inquiétude peut être provoqué par l’annonce d’une nouvelle catastrophe climatique, ou bien par une omniprésence d’informations négatives émanant de son entourage, des réseaux sociaux… Les sources sont multiples, en résulte une peur flagrante de l’avenir du monde et de notre société. On est donc sur une anxiété d’anticipation. Ce sentiment n’est en aucun cas une maladie mais un mal être lié à l’avenir écologique, un sentiment d’échec, d’impuissance face à des enjeux environnementaux importants.

On entend aussi parler de « dépression verte » ou de solastalgie. Ce terme a été inventé pour qualifier ce phénomène par le philosophe australien Glenn Albrecht. Il désigne un sentiment d’anxiété et de mal être face à l’avenir du monde et aux transformations négatives. Si elle est souvent rapprochée à l’éco-anxiété, la solastalgie va plus loin car les changements négatifs pris en compte ne sont pas forcément d’ordre uniquement environnementales mais touchent aussi les domaines de la santé, de la technologie, de l’économie…

Pour aller plus loin sur l’éco-anxiété : Des livres

l'éco anxiété

A l’ère du réchauffement climatique, l’auteure donne des conseils pour mieux vivre avec sa souffrance psychique liée à la destruction de l’environnement. Elle analyse les mécanismes psychologiques et socio-culturels qui sous-tendent cette anxiété. Elle rappelle que face à la crise écologique, l’homme garde le choix de prendre les bonnes décisions.

L’éco-anxiété ; vivre sereinement dans un monde abîmé, Alice Desbiolles, Fayard

Comment rester écolo sans finir dépressif

Vous avez l’impression d’avoir le spleen du climat ? D’être désemparés face à l’immensité du problème ? Vos proches ne se sentent pas aussi affectés que vous par les changements climatiques ? Vous êtes l’une des rares personnes autour de vous à agir, ne serait-ce qu’un minimum, pour le climat ? Vous être peut être atteint.e de solastalgie ou d’éco-anxiété ! De dépression climatique en d’autres termes !

Dans ce livre, Laure Noualhat met des mots sur ces maux que ressent une grande partie de la population. En particulier les scientifiques, les journalistes environnementaux et les militants d’ONG qui sont en première ligne. Elle partage son expérience en tant que journaliste environnementale et part à la rencontre de confrères atteints eux aussi d’éco-anxiété afin de leur demander de quelles manières ils ont réussi à sortir de cette anxiété et comment ils ont repris goût en l’avenir.

Finalement, tout n’est peut-être pas si perdu que ça !

Clémentine

Comment rester écolo sans finir dépressif, Laure Noualhat, Tana éditions

Réflexions sur la solastalgie, la détresse de ne plus reconnaître son environnement, provoquée par l’industrialisation et le recul des espaces naturels. L’écologue appelle à bâtir un nouveau système bienveillant et durable sans attendre la bénédiction de l’Etat.

Le chagrin écologique ; petit traité de solastalgie, Philippe J. Dubois, Seuil

En passe de devenir un problème de santé publique, la perspective obsédante de catastrophes écologiques provoquées par le changement climatique a donné naissance à un trouble psychiatrique, l’éco-anxiété. Le psychiatre explore ce nouveau malaise psychique et propose des pistes pour l’affronter et réagir face à la dépression.

Vivre avec l’angoisse climatique, Christian Navarre, Imago

Avez-vous déjà senti votre estomac se nouer à la lecture d’un article portant sur le recul des glaciers en Antarctique? Éprouvez-vous un sentiment d’urgence quand vous observez des files de voitures à l’heure de pointe, dont les émissions de gaz à effet de serre sont bien visibles dans l’air matinal?Au cours de ces vingt dernières années, nous avons pris conscience, individuellement et collectivement, de la menace que représentent les changements climatiques causés par l’être humain. Un nombre grandissant de personnes développent, à divers degrés, de l’écoanxiété, et éprouvent des écoémotions face à ces nouvelles réalités. Heureusement, il est possible de composer sainement avec ce ressenti et de le mettre à profit pour prendre soin de soi, des autres et de la planète. Découvrez dans cet ouvrage précurseur comment l’écoanxiété et les écoémotions peuvent devenir de puissants moteurs de changement !

Apprivoiser l’écoanxiété, Karine Saint-Jean, Éditions de l’homme

Explorant les effets de l’environnement sur le bien-être et la santé mentale, deux psychiatres proposent une réflexion sur la manière de faire face, individuellement ou collectivement, aux changements à venir.

Les émotions du dérèglement climatique, Antoine Pelissolo, Celie Massini, Flammarion

Pour aller encore plus loin : écoutez un podcast :

Le podcast de Le Monde « L’heure du monde » a consacré l’un se ses épisodes à l’écoanxiété vous pouvez l’écouter en cliquant sur ce lien :

👉🏻 L’écoanxiété



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.