L’autre Rimbaud – David Le Bailly

C’est en écoutant Pierre Michon dire, à propos de son livre, Rimbaud  le fils  :

 « Ce livre, ça devait être, non pas l’histoire d’Arthur Rimbaud, mais l’histoire de son frère, Frédéric Rimbaud. Son frère était un homme beaucoup moins fortuné intellectuellement(…). Oui, je voulais écrire l’histoire de Frédéric, Je n’y arrivais pas… »

que David Le Bailly apprend l’existence de ce frère dont personne ne parle jamais, ou fort peu, ou très mal. Arthur lui-même, dans les lettres adressées à sa mère, ne l’épargnait pas  « ça me gênerait assez, par exemple, que l’on sache que j’ai pareil oiseau pour frère. Ça ne m’étonne pas  d’ailleurs de ce Frédéric : c’est un parfait idiot, nous l’avons toujours su, et nous admirions toujours la dureté de sa caboche. » Qu’avait dont fait de si terrible « ce » Frédéric pour être ainsi rejeté par son cadet dont il avait été si proche ? Suffit-il d’être « idiot » pour être ainsi banni par la famille ? Cela semble un peu excessif et ne sied pas à la légende rimbaldienne. Du reste, cette légende, comment est-elle née ? Qui étaient vraiment les Rimbaud ? Combien de cadavres cachaient-ils dans leurs placards ? Qu’entendait Pierre Michon par un homme beaucoup moins fortuné intellectuellement ? Autant de questions auxquelles l’auteur s’est évertué de trouver les réponses les plus plausibles. Le résultat est un roman passionnant basé sur des documents et des rencontres. Las, les derniers descendants de Frédéric ignoraient que leur aïeul était le frère aîné d’un des plus grands poètes du Vingtième siècle. Décidément, Frédéric n’aura pas eu de chance avec sa famille, ni de son vivant ni après sa mort !

Ce qu’a découvert David Le Bailly sur les Rimbaud ne relève pas du sensationnel et ne changera en rien notre admiration pour l’œuvre d’Arthur. Ce qu’il raconte est plus intéressant que la simple, et peu glorieuse, chronique familiale, c’est aussi la photographie d’une époque et le portrait d’une famille assez balzacienne. Un roman à elle seule. Frédéric Rimbaud méritait bien un livre, David Bailly le lui a offert en un roman parfois très touchant qui résonne juste.

L’histoire de Frédéric, et aussi celle d’Arthur, ce sont des histoires de silence. Celui de l’enfance, quand, chaque matin, il s’allongeait sans rien dire dans une barque de tanneurs, en contrebas du collège de Charleville. Ou, celui qu’ils opposèrent une fois adultes, aux admirateurs, aux biographes, aux journalistes. Ils se sont tus, et d’autres ont parlé à leur place. Le silence est une musique, il s’écoute ; encore faut-il tendre l’oreille.

L’auteur : David Le Bailly est grand reporter à L’Obs. Il est l’auteur de La Captive de Mitterrand (2014, Stock, prix Roger-Nimier), roman-enquête sur Anne Pingeot, compagne de l’ombre de François Mitterrand. 

L’autre Rimbaud, David Le Bailly, L’iconoclaste

L’autre Rimbaud est en lice pour le Renaudot essai 2020

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.