Terres fauves – Patrice Gain

terres-fauves-patrice-gain

Une petite virée en Alaska vous tenterait bien ?

N’hésitez pas, c’est sans risque sauf pour notre pauvre héros !

Ce dernier vient de se faire quitter par la femme qu’il aimait et son éditeur l’envoie en Alaska – une terre qui lui paraît particulièrement inhospitalière – pour rencontrer un alpiniste proche du gouverneur new-yorkais dont il doit justement finir d’écrire les Mémoires en vue de sa campagne politique.

Prenant l’avion à contrecœur, David McCae, va rapidement faire connaissance de l’ancien alpiniste, très peu avenant et de plus en plus alcoolisé jusqu’à la confession de trop… L’atmosphère sur cette terre sauvage va alors radicalement changer et potentiellement mettre en difficulté notre héros déjà peu armé pour affronter la dureté de ce territoire.

Un roman addictif, hyper prenant, haletant, à l’écriture superbe. Ancré dans le paysage environnant, véritable Nature writing, des personnages bien campés et une intrigue très efficace, Terres fauves est un roman saisissant impossible à lâcher !

« J’ai risqué un œil par l’entrebâillement des rideaux. Le ciel était laiteux, voilé par des cirrus qui étiraient leurs traînes blanches au gré des vents d’altitude. Un soleil froid éclairait le port. Un port tout en longueur qui abritait une bonne centaine de petites embarcations. Derrière la jetée, des eaux étales et miroitantes. De l’autre côté de la baie, de hauts sommets enneigés baignaient leurs ombres dans des flots éteints. Partout autour, des sommets à n’en plus finir. La baie de Valdez comme un lac de montagne. C’était le premier enseignement du jour. J’ai tiré les rideaux et ouvert la fenêtre. Les goélands ont saisi cet instant pour se mettre à brailler. Les effluves marins des eaux froides ont envahi la chambre. La rue devant le port était vide. Je me suis habillé et je suis descendu voir le barman et accessoirement boire un café avant de reprendre la route d’Anchorage. Après l’accueil pour anachorète de la veille, je n’avais qu’une idée en tête : oublier les dernières heures et retourner au plus vite à New York. »

L’auteur : Né à Nantes en 1961, Patrice Gain est ingénieur en environnement et professionnel de la montagne. Il est l’auteur de quatre romans publiés aux éditions Le mot et le reste : La Naufragée du Lac des dents blanches (Prix Récit de l’Ailleurs 2018), Denali (Prix Lire Élire Nord Flandre 2018), Terres Fauves (Prix du Festival du Polar de Villeneuve-lez-Avignon 2019) et, plus récemment, Le Sourire du scorpion (Source Le livre de poche).

Terres fauves, Patrice Gain, Le livre de poche

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.