Soif – Amelie Nothomb

Soif de Amelie Nothomb

 

Il faut s’appeler Amélie Nothomb et ne plus avoir à prouver grand-chose pour écrire sur Jésus, qui plus est, à la première personne. Les temps ne sont pas franchement à la plaisanterie question religion et, s’il est moins périlleux d’écrire sur Jésus-Christ que sur d’autres personnes sacrées, l’exercice n’en reste pas moins audacieux.

Étrangement , ou heureusement,  le roman d’Amélie (elle m’est si sympathique que je me permets de juste la prénommer) n’a suscité, à ma connaissance, aucune critique virulente sur le sujet du livre, ni aucune accusation de blasphème, au contraire ( cf l’excellente chronique de La Croix du 23 août). Ce qui est très réconfortant. 

Soif. Le goût de la facétieuse écrivaine pour le champagne est parfaitement étranger à ce titre lapidaire qui ne nous évoque pas, soyons sincères, Jésus sur le chemin de croix. « Pour éprouver la soif il faut être vivant ». Etre vivant, avoir la conscience de son corps, donc ressentir, éprouver, souffrir et jouir, tel est le propos de ce roman beaucoup plus profond qu’il n’y paraît.

Un roman sans doute très intime qui use de l’humour, toujours de bon aloi, pour célébrer la vie. Et qu’importe les quelques libertés prises avec le Nouveau Testament, un roman n’est pas parole d’Évangile.

 

L’auteur : Depuis 1992 et Hygiène de l’assassin, tous les livres d’Amélie Nothomb ont été publiés aux éditions Albin Michel. Elle a reçu, entre autres, le prix Chardonne, le Grand prix du roman de l’Académie française, le prix de Flore, et le Grand prix Jean Giono pour l’ensemble de son oeuvre.
Ses œuvres sont traduites dans 40 langues, des U.S.A. au Japon (Source Albin Michel).

 

Soif, Amélie Nothomb, Albin Michel

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.