Si les libraires m’étaient contés… Noëmie

Derrière chacun des livres que vous trouvez sur nos tables, il y a un libraire qui l’a soigneusement sélectionné, lu pour vous. Un libraire qui saura en fonction de ce que vous lui confiez de vos envies, de vos goûts, vous orienter vers l’ouvrage qui vous conviendra le mieux.
Notre librairie c‘est évidemment des livres, mais c’est aussi toute une équipe qui s’attache à vous faire découvrir des pépites, des nouveautés, des classiques, des livres que vous ne trouverez pas ailleurs.
Nous nous sommes dit que vous aimeriez peut-être nous connaître davantage afin que nous tissions un lien encore plus solide avec vous pour ainsi mieux vous conseiller.
C’est pourquoi au fil des semaines chacun d’entre nous se dévoilera en répondant à un petit questionnaire à la manière de Proust ou de Pivot sur ses habitudes de lecture. Car tous ceux qui font notre librairie sont avant tout, comme vous, des lecteurs.

 

noemie-librairie-le-failler

Vous cherchez Noëmie?  Vous la trouverez en empruntant notre célèbre escalier rouge. Son antre, le rayon jeunesse, se situe au sous-sol de notre librairie. Comme nombre de nos collègues ici, Noëmie est une curieuse, insatiable  : albums et illustrations aux petits oignons, romans réalistes ou fantastiques, tout l’attire, même si elle avoue un pêché mignon pour les documentaires. Ce qu’elle aime par-dessus tout dans son métier c’est trouver le bon livre, au bon moment et pour la bonne personne… Essayer d’atteindre une sorte d’alchimie, réussir à plaire et à surprendre à la fois. Et cette Alchimie, elle opère -vous pouvez me croire –  très souvent, pour le bonheur des plus petits comme des plus grands !

Un livre à la fois ou plusieurs ?

Plusieurs ! J’ai souvent deux à trois romans en cours de lecture , parfois je monte jusqu’à cinq et je me fais violence pour tous les finir avant d’en ouvrir un nouveau, histoire de ne pas trop me disperser !

Es-tu une lectrice tout-terrain ? (Peux-tu lire un livre dans le bruit ?)

Sans aucun problème ! Je lis partout, tout le temps, et même en marchant !

T’arrive-t-il de lire de lire à haute voix ?

Oui, c’est même une habitude familiale et j’adore ça ! Je lis énormément d’albums à voix haute, et ma fille grandissant, je me suis lancée dans des textes plus classiques.  Dernièrement nous avons dévoré les récits mythologiques de Muriel Szac, qui sont un régal à lire à voix haute, et nous avons plongé dans le Paris du XIXe avec monsieur Zola. Ce sont des moments très agréables, de partage et d’échange, des petits rendez-vous quotidiens que j’aime beaucoup.

Annotes-tu tes livres ?

Pas directement dessus, mais sur un carnet, à côté, oui, cela peut m’arriver. Il s’agit souvent d’une citation ou d’une référence, que j’ai peur de ne pas retrouver par la suite.

Es-tu un(e) adepte de la page cornée ou du marque-page ?

Marque-page, qu’il soit officiel ou dégoté sur le moment. Ticket de transport, flyer, carte de bus, barrette, c’est fou le nombre de choses que contient mon sac et qui peut servir de marque-page d’urgence !

Accompagnes-tu tes lectures d’un fond musical ? Si oui quel style de musique ?

Très rarement, et dans ces rares moments, je choisis plutôt du classique, que je mets en fond sonore. Par contre, j’aime énormément écouter des livres lus ou des pièces radiophoniques. Une autre façon de lire, que j’ai découverte récemment !

Café ou thé avec un livre ?

Thé ou infusion, jamais de café. Ou un petit smoothie en été !

Es-tu de ces lecteurs qui se délectent, prennent leur temps, ou au contraire un lecteur avide qui dévore ?

Les deux, cela dépend vraiment de l’ouvrage. Je me suis vue ralentir des lectures juste parce que je ne voulais pas finir le roman et quitter les personnages ou parce que je voulais vraiment savourer une écriture. Et parfois, c’est le contraire, l’intrigue me happe tellement, que je ne peux m’empêcher de dévorer le roman.

Le meilleur endroit pour lire ?

Partout ! Avec une petite prédilection pour mon canapé ou pour mon jardin, allongée dans l’herbe à l’ombre du poirier. Et j’avoue que, en bonne ancienne Parisienne, j’aime beaucoup lire dans le métro ou le RER. C’est l’endroit parfait pour s’évader et oublier la morosité ambiante !

Assis(e), debout ou allongé(e) ?

Les trois ! Assise, lovée dans mon canapé avec mon chat comme bouillotte, debout, en marchant sur la grande ligne droite qui me ramène à la maison ou allongée le soir, avant de m’endormir !

Le meilleur moment pour lire ?

J’aime beaucoup lire le matin, avant d’aller à la librairie. Et puis, en allant travailler, dans le bus. Et bien sûr, le soir… Bref, tout le temps !

Ton premier souvenir de lecture ?

L’album d’Adèle de Claude Ponti, que j’ai feuilleté de nombreuses fois petite en m’inventant mille et une histoires.

Le livre qui a marqué ton enfance ? Celui qui a marqué ton adolescence ?

Il y en a tellement ! Toute petite, les albums de Tomi Ungerer et d’Akiko Hayashi. Vers 10 ans, Les Quatre filles du docteur March de Louisa May Alcott et La Petite maison dans la prairie de Laura Ingalls Wilder, une série que j’ai adorée et relue de nombreuses fois (et qui n’a rien à voir avec le soap américain multidiffusé sur les écrans). Au collège, les romans  policiers d‘Agatha Christie et d’Anthony Morton, la série des Nils Hazard de Marie-Aude Murail. Adolescente, je dévorais les romans de Barjavel, de David Lodge, la série du Poulpe et tous les 10/18 Grands Détectives qui me tombaient dans les mains !

Le livre que tu te promets un jour de relire ?

En ce moment, j’ai très envie de relire des classiques, lus il y a longtemps. Des romans de Jane Austen, d’Émile Zola ou d’Alexandre Dumas.

Le livre que tu regrettes de n’avoir jamais lu ?

Aucun, je n’ai pas de regret dans ce domaine. Je sais que je peux y remédier dès demain si je le souhaite et me plonger dans un des nombreux livres présents dans ma liste de lecture !

Celui que tu conseilles depuis toujours ?

La brocante du coeur de Robert Cormier, un de mes auteurs fétiches. C’est le père du roman pour adolescents et ses textes sont toujours justes et percutants. Ses romans sont des petites bombes psychologiques, qui poussent à réfléchir, à remettre en question ses certitudes. C’est à glisser entre toutes les mains, ados comme adultes !

Que lis-tu en premier lorsque tu commences un livre ? (Les remerciements, les dernières pages, la dédicace ?)

Je suis très classique dans ce domaine-là, je commence par les premières pages !

Au bout de combien de pages abandonnes-tu ta lecture lorsqu’un livre t’ennuie ?

Avec le temps, je suis devenue plus exigeante. Au bout de 60/70 pages, si je m’ennuie (ou pire), je jette un coup d’œil à la fin et j’arrête ma lecture. Avant d’être libraire, j’en étais incapable, je finissais systématiquement tous les romans commencés même si je n’aimais pas. Mais il y a tellement à lire, tant de romans, bandes dessinées ou essais qui me font envie que je maintenant, je préfère passer à une autre lecture si celle en cours ne me convient pas.

Le livre que tu lis en ce moment ?

En ce moment, je lis L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges de Davide Morosinotto, une grande fresque romanesque dans l’Union soviétique de la Seconde Guerre mondiale publiée à L’école des loisirs. C’est un coup de cœur, traduit de l’italien, et qui mêle avec brio roman historique, aventure et mystère. J’ai aussi commencé un essai passionnant de Martin Page, Au-delà de la pénétration, publié au Monstrograph, une petite maison d’édition qu’il a cofondée avec l’autrice Coline Pierré. Et je suis en train de finir une chouette série de manga, Ma vie dans les bois, manga documentaire où l’auteur relate son départ dans les bois pour y vivre sans le confort moderne et en y construisant seul sa maison.

Ton dernier coup de cœur ?

Un si petit oiseau de Marie Pavlenko, un petit bijou, drôle et émouvant, à dévorer sans modération dès 14 ans.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.