Sauf

 

Mat, quarantenaire épanoui, vit avec la femme qu’il aime et la fille adolescente de cette dernière, aussi attachante l’une que l’autre, en région parisienne dans une maison qu’il avait aidé son oncle à retaper.

Propriétaire d’un dépôt-vente qu’il fait tourner avec deux personnes en qui il a toute confiance, sa vie bascule le jour où une mystérieuse cliente dépose un album photo à son dépôt, clairement à son intention.

Si le présent de Mat est apaisé, il n’en a pas toujours été ainsi. Son enfance a été perturbée par un drame bien qu’il fût à l’époque très jeune pour en prendre la pleine mesure. Ses parents ont péri dans un incendie ravageant la demeure bretonne, emportant tous les souvenirs familiaux. Il a ensuite été élevé avec amour par son oncle et sa tante qui n’avaient eux-mêmes pas d’enfants.

Une partie de son enfance et de la mémoire familiale a donc été effacée dans l’incendie du domaine. Il est a priori strictement impossible qu’un album photo refasse surface des dizaines d’années plus tard…

Et pourtant, indéniablement, notre héros ne peut nier que l’album existe et qu’il est parvenu expressément jusqu’à lui. Or cette découverte s’accompagne d’une nouvelle maison brûlée : la sienne !

Le message est clair : il n’est pas dans l’intérêt de certains que Mat récupère cet album. Mais pour quelle raison ?

Il est alors peut-être temps pour lui de se replonger dans la période trouble de son enfance quitte à rouvrir la porte à des fantômes que l’on pensait définitivement prisonniers du passé.

   Un drôle de compte à rebours s’amorce aussi bien pour Mat et ses proches que pour le lecteur avide d’en savoir plus et au supplice de ne pouvoir s’arrêter avant la résolution finale.

Hervé Commère nous livre un roman extrêmement bien ficelé, mature er rythmé dont les personnages humains et proches de nous sont empêtrés dans des histoires familiales douloureuses et exceptionnellement tragiques. La narration à la première personne renforce cette impression de proximité avec le personnage principal.

Gageons que Commère n’a pas fini d’étonner son lectorat !

 

 

 

____________________________________________

Anne-Sophie

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.