Les mémoires de Nell Kimball ; l’histoire d’une maison close aux Etats-Unis (1880-1917)

Les mémoires de Nell Kimball

Longtemps resté sans éditeur, ce texte étonnant, écrit dans les années 30, ne sera publié qu’à la faveur de la libération sexuelle des seventies. On comprend pourquoi à sa lecture, tant le propos est cru et le style plein d’ardeur. Le récit de sa jeunesse miséreuse dans les campagnes du Midwest pendant la guerre de Sécession est inoubliable. Sa découverte des rouages de l’industrie du sexe où la corruption se mêle à l’hypocrisie de la bonne société est à la fois pétillant d’humour et d’intelligence et empreint d’une profonde connaissance de l’âme humaine. Une curiosité précieuse, à s’offrir et à lire soi-même, avant de l’offrir à (presque) tout le monde.

 

L’auteure : Nell Kimball naît en 1854 dans une petite ferme de l’Illinois. Sans doute sa verdeur, son bon sens et sa rudesse trouvent-ils leurs racines dans son enfance frustre et misérable. Afin d’échapper à la pauvreté, elle se prostitue à Saint-Louis. En 1880, elle devient tenancière de maison close, d’abord à La Nouvelle-Orléans, puis à San Francisco, pour revenir à Storyville, quartier réservé de La Nouvelle-Orléans, qui est fermé en 1917. Elle meurt en 1934, deux ans après avoir rédigé ses Mémoires, qui ne sont publiés que quarante années plus tard aux États-Unis, pour des raisons de censure.

Les mémoires de Nell Kimball ; l’histoire d’une maison close aux Etats-Unis (1880-1917),  Le goût de l’Histoire, Les Belles Lettres


logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.