Le silence de la ville blanche – Eva Garcia Saenz de Urturi

le silence de la ville blanche

Publiée d’abord en autoédition, l’autrice connaît ensuite un gros succès éditorial en 2016 en Espagne, pays dont elle est originaire.

Née à Vitoria dans le Pays basque espagnol, c’est à cet endroit que l’action de son livre se déroule. Une adaptation cinématographique a déjà été réalisée.

   De nos jours à Vitoria dans la cathédrale de Sainte-Marie, deux jeunes gens sont retrouvés morts, assassinés, nus. Autre détail macabre : la main du jeune homme semble reposer amoureusement sur la joue de sa compagne funèbre. Et, aux côtés des corps, se trouvent des eguzkilore, les fleurs de chardon, censées protéger du mauvais sort les superstitieux. Cette scénographie si particulière semble rappeler une série de doubles meurtres qui ont eu lieu dans cette même ville, défrayant à l’époque la chronique, affolant la presse et terrorisant un paquet d’habitants.

Le premier double meurtre concernait deux nourrissons puis il y avait eu deux enfants de cinq ans et ensuite deux gamins de dix ans, etc… placés à chaque fois à un endroit symbolique, historique de la ville.

Seulement ces meurtres ont pris fin. Rien pendant vingt ans. Un suspect a été arrêté : un homme populaire présentant une émission très regardée sur les sites archéologiques. De plus, l’inspecteur ayant procédé à l’arrestation se trouve être son frère jumeau. Alors que l’accusé ayant purgé une peine de vingt ans s’apprête à sortir de prison, les meurtres au même modus operandi reprennent et plongent la ville entre horreur et fascination.

C’est l’inspecteur Unai surnommé le « Kraken » qui aidé de sa collègue Esti se charge de cette enquête complexe aux nombreuses ramifications et nous la raconte à la première personne. En parallèle, nous avons quelques introspections dans un passé proche concernant une histoire amoureuse dont le lien avec l’affaire présente se dessine peu à peu.

Voici un roman espagnol tout à fait envoûtant.

Une intrigue digne d’intérêt, une écriture et une traduction agréables, des personnages marquants, une plongée dans la ville natale de l’autrice, dans la culture du Pays basque espagnol avec ses rites, coutumes, plats et fêtes… tout se combine pour nous faire savourer de la première à la dernière page ce formidable polar que l’on quitte à regret.

Vive la littérature policière espagnole ! Amateurs de Dolores Redondo, Aro Sáinz de la Maza, plongez sans plus tarder dans les secrets et le Silence de la ville blanche.

L’autrice : Eva García Sáenz de Urturi est née à Vitoria en 1972 et vit à Alicante depuis l’âge de quinze ans. En 2016, Le Secret de la ville blanche, un thriller passionnant se déroulant dans sa ville natale, devient un best-seller avec plus de 200 000 exemplaires vendus en Espagne. Depuis, les droits de traduction ont été cédés dans de nombreux pays et une adaptation cinématographique a été réalisée.

Le silence de la ville blanche, Eva Garcia Saenz de Urturi, Fleuve noir

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.