« Le mot est faible » – La nouvelle collection des éditions Anamosa

  • Peuple - Deborah cohen
  • Révolution - Ludivine Bantigny
  • Démocratie - Samuel Hayat
  • Histoire - Guillaume Mazeau
  • ecole - laurence de cock

Cette fois, plutôt qu’un seul livre, j’ai préféré présenter une collection, toute jeune, puisqu’elle ne comprend pour l’instant que cinq titres, chez un éditeur que j’aime beaucoup: Anamosa. La collection s’appelle « Le mot est faible ».

Ce sont de petits livres élégants, aux couvertures très graphiques et au prix raisonnable, 9 euros, le même que celui d’un « Que sais-je ».

Mais là s’arrête la comparaison. Si les « Que sais je ? » visent à une forme d’objectivité dans l’analyse, la collection « Le mot est faible » revendique au contraire une forme d’engagement, une grille de lecture qui vise clairement l’émancipation du lecteur, une éducation politique qui le mène à remettre en question ses préjugés et jugements de valeur pour se forger sa propre opinion avec des outils d’analyse plus nombreux, en clair: des exemples et des arguments tirés de l’histoire, de la philosophie, des sciences humaines dans leur ensemble, mais aussi de l’actualité la plus récente.

À propos de neutralité, voici un extrait du livre Histoire, de Guillaume Mazeau:

« Dans les régimes libéraux, l’histoire la plus conservatrice aime à se couvrir du masque de la « neutralité » ou de l »objectivité ». Deux notions construites pour discréditer l’histoire assumant un point de vue politique ainsi qu’une visée émancipatrice: une histoire généralement ancrée à gauche. »

Ou encore dans Peuple de Deborah Cohen:

   « En somme, peuple est l’ensemble constitué de celles et ceux qui agissent pour que l’avenir ne soit pas juste l’accentuation de l’aujourd’hui. L’ensemble de celles et ceux qui, comme le souhaitait Walter Benjamin, travaillent à « libérer l’avenir de ce qui aujourd’hui le défigure ».

Le choix des thèmes abordés dans la collection est très parlant :

Révolution

Histoire

Peuple

Démocratie

École

Bientôt paraîtra celui consacré au mot Race. Ces mots sont si souvent utilisés et dans tellement de contextes différents que leur sens finit par être brouillé, alors que ce sont des mots et des concepts absolument essentiels dans tout discours politique et qu’ils peuvent recouvrir des réalités complètement opposées. L’ambition est donc clairement d’accompagner le lecteur, de l’aider à s’y retrouver dans une époque complexe où les repères ont tendance à se déplacer et où les mots sont autant d’armes, dont l’usage varie en fonction de ceux qui les manient, pour le meilleur et aussi très souvent pour le pire.

Anamosa, le nom de l’éditeur, dont la sonorité évoque un cantique ou un requiem, provient en fait d’un mot amérindien qui signifie « Tu marches avec moi ». Moi je marche ! 

José

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.