Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

le-douzieme-chapitre-jerome-loubry-calmann-levy-librairie-le-faillerAprès un excellent premier roman, Loubry revient avec un second polar : Le douzième chapitre jouant formidablement bien de la double temporalité.

Eté 1986 en Vendée dans la station balnéaire de Saint-Hilaire de Riez

 Plusieurs familles se retrouvent comme chaque année pour une semaine de congés bien mérités dans le même centre de vacances que d’habitude. Ces familles se connaissent, pas seulement parce qu’elles se côtoient l’été mais aussi parce que ce village vacances appartient à leur patron qui permet à ses employés de se retrouver l’été pour des congés à moindre coût.

Parmi ces familles il y a David et Samuel, douze ans, grands copains qui, s’ils se voient toute l’année, n’en sont pas moins heureux de se retrouver là, loin de leur banlieue. Leurs familles respectives sont parfois pesantes : le beau-père de David et le grand frère de Samuel sont des personnages plutôt violents et incontrôlables alors cette semaine-là est sacrée pour les amis d’enfance.

Pourtant, cet été-ci sera très particulier et signera la fin de leur enfance en quelque sorte.

Une ombre menaçante tel un nuage orageux semble planer au-dessus de leurs têtes.

Le patron de l’entreprise de métallurgie, Paul Vermont, n’a pu se résoudre à gâcher l’été de ses ouvriers en leur annonçant la fermeture imminente de leur entreprise. Pourtant, n’y aurait-il pas eu des rumeurs au sujet de cette funeste nouvelle ? Pourquoi un groupe d’ouvriers syndiqués se réunit-il si souvent, échangeant des propos à messe basse ?

Les deux garçons, David et Samuel, sont tenus à l’écart de ces réunions. D’ailleurs, ils ont bien d’autres préoccupations. David s’inquiète du pari risqué évoqué l’été dernier. Il s’agissait de s’introduire dans la maison vide du patron où l’on murmure que se promènerait encore la nuit, le fantôme de son épouse suicidée…

   David, que cette idée angoisse, espère que Samuel aura oublié ce pari inepte. Et puis cet été-là est encore voilé par la disparition d’une fille de leur âge. Ses parents, morts d’inquiétude, arpentent la plage à sa recherche.

À notre tandem de garçons va bientôt s’ajouter un troisième larron : une fille de leur âge au caractère déterminé qui n’est pas du coin et dont les parents sont décédés.

Elle et David semblent vivre leur premier émoi amoureux. Or la jeune fille aura disparu avant la fin des vacances…

Trente ans plus tard, David est devenu un écrivain à succès et Samuel est son éditeur. Le passé est loin derrière eux, ils l’ont tous les deux relégué aux oubliettes. Mais celui-ci s’apprête à leur revenir brutalement en pleine figure. Ils reçoivent en même temps dans leur boîte aux lettres un manuscrit déposé chez eux qui revient sur ce fameux été mystérieux. La personne qui l’a rédigé semble être très au courant du déroulement des événements. Ils sont trois à l’avoir reçu, (David et Samuel ignorent qui est le troisième compère) désignés comme le sourd, l’aveugle et le muet.

Autre fait notable : les trois versions sont identiques sauf le douzième chapitre qui détient forcément la clé de tout ce mystère.

David, en pleine écriture, se plonge dans cette lecture et dans les recherches sur un passé entaché de sang et de fantômes jusqu’à n’être plus que l’ombre de lui-même. Car il est prêt à tout pour tenter de percer cet épais mystère quitte à mettre son mariage et sa santé en péril.

Un roman addictif

Jérôme Loubry confirme son talent avec ce roman vraiment abouti, passionnant et exaltant pour son lecteur très vite mordu et addict de cette histoire aux multiples rebondissements.

Le concept original et novateur offre une lecture en forme d’énigme dont on ne peut se détacher avant la toute fin.

Ancré dans un contexte social et sociologique, Loubry après avoir situé son premier roman dans un Detroit miné par la crise automobile, nous parle avec brio de ces années 80 qui font partie d’un passé récent mais tout de même bien marqué.

Une belle réussite pour ce romancier français qu’il faudra suivre !

L’auteur : Jérôme Loubry est né en 1976 à Saint-Amand-Montrond. Il a d’abord travaillé à l’étranger et voyagé tout en écrivant des nouvelles. Désormais installé en Provence, il a publié en 2017 chez Calmann-Lévy son premier roman, Les Chiens de Détroit, lauréat du Prix Plume libre d’Argent 2018.

Le douzième chapitre, Jérôme Loubry, Calmann-Lévy

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.