L’Âge de la lumière – Whitney Scharer

L'âge de la lumière

 

Lee Miller est une des figures majeures de la photographie. Cependant, elle reste moins connue du grand public que Man Ray avec qui elle travailla – et qu’elle aima – à Paris dans les années 1930.

Et pourtant…

Arrivée à Paris en 1929, cette sculpturale jeune Américaine, mannequin vedette de Vogue, désire se réinventer dans la Ville lumière. Elle veut y rencontrer celles et ceux qui font l’incroyable effervescence artistique et intellectuelle que le monde entier admire et, plus que tout, devenir l’élève de Man Ray. Les débuts sont compliqués, et même décevants, pour Lee qui vibre d’impatience et commence à sérieusement manquer d’argent, mais les rencontres sont aisées dans les cafés de Montparnasse et le hasard la met enfin sur la route du célèbre photographe. «  Lee Miller, je suis votre nouvelle élève », lui dit-elle sans ambages. Commence ainsi une des plus riches et des plus incroyables histoires de collaboration artistique et d’amour que connut la décennie ( qui n’en manqua pas…)

L’élève devint la muse et l’amante, un parcours assez classique, mais ce qui l’était moins, c’était la personnalité de Lee. C’était une jeune femme indépendante, pugnace et extrêmement talentueuse que le milieu artistique reconnut très vite. Une forte personnalité avec qui cohabiter, quand on s’appelle Man Ray, devint vite difficile, et sans doute la réciproque était-elle aussi valable.

Est-ce à elle qu’on doit la solarisation ? « Cette découverte accidentelle était de mon fait, racontera Lee Miller. Mais c’est Man Ray qui sut la maîtriser pour qu’à chaque fois elle donne les résultats qu’il souhaitait. […] Il avait un don unique pour enrôler le hasard dans un processus créatif.

Une chose est sûre, la photographie en fût révolutionnée et l’amour de Lee et de Man n’y survécut pas.

Comme Gerda Taro partie en Espagne en 1937, Lee devient photographe de guerre et sera parmi les premiers GI’S qui découvrirent les camps d’extermination. Ses photos, une fois de plus, quoique dans un registre autrement différent, feront sensation.

Les années sont passées, Lee et Man sont devenus des phares et leur amour, une légende. Se sont-ils revus avant de mourir ( respectivement en 1977 et 1976) ?

Whithney Scharer les fait revenir en cette époque de tous les possibles dans ce roman passionnant qui fait si bien revivre le tourbillon de ce Paris fou de créations. Et l’on pardonnera à l’auteur ( mais peut-être un peu moins au traducteur) quelques erreurs qui n’enlèvent rien aux qualités de ce texte enlevé qui ne donne qu’une envie : se (re)plonger dans l’oeuvre de Lee et de ses contemporains.

 

L’auteure : Whitney Scharer est diplômée en Creative Writing de l’Université de Washington. L’Âge de la lumière, véritable phénomène littéraire aux États-Unis, très attendu dans le monde en-tier, est son premier roman (Source Éditions de l’Observatoire).

L’âge de la lumière, Whithney Scharer, Éditions de l’Observatoire

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.