La plus précieuse des marchandises, un conte – Jean-Claude Grumberg

La plus précieuse des marchandises

Il était une fois un petit livre pour un immense texte. L’histoire d’un couple de bûcherons qui vivotent dans une grande forêt que personne ne fréquente. Le quotidien est rude et la soupe trop souvent claire, mais la pauvre bûcheronne se dit que la vie serait peut-être moins difficile avec un bambin à aimer. Las, l’enfant tant espéré ne s’annonce jamais. Et la pauvre bûcheronne de reprendre espoir quand elle découvre qu’un train, venu elle ne sait d’où, traverse la forêt et que des wagons tombent souvent de petits bouts de papier. La femme, qui ne sait pas lire, mais cherche des signes du destin, les ramasse et les conserve précieusement. Elle a raison d’espérer, la pauvre bûcheronne, parce qu’un jour, ce n’est pas un bout de papier froissé qui atterrit  dans la neige, mais un petit ballot d’où s’échappent des vagissements.

Contrairement à ce que croit la femme, il n’y a là aucun miracle, mais le geste d’un père qui sait que la destination de ce train est funeste et que cette silhouette qui court après le train est peut-être le salut de son enfant.

À lire, à faire lire, à offrir. Ce texte, qui reprend tous les codes du conte, est aussi bref qu’intense. Il vous bouleversera, vous habitera durablement et vous obligera. Un incontournable de toute bibliothèque, à ranger à côté de  Inconnu à cette adresse , Matin brun  et L’Ami retrouvé. Un livre essentiel que nous devons à un très grand monsieur, Jean-Claude Grumberg, l’auteur tragique le plus drôle de sa génération, d’après Claude Roy. Un auteur dont l’œuvre est profondément marquée par le traumatisme de l’arrestation et la déportation de son père et de ses grands-parents qu’il ne reverra jamais.

L’auteur : Jean-Claude Grumberg est un dramaturge, scénariste et écrivain français. Il écrit sur ce qui le hante depuis tout petit : la disparition de son père dans les camps d’extermination nazis : Maman revient pauvre orphelin, Dreyfus (1974) et Zone libre (1990). Au cinéma, il est scénariste de : Les Années Sandwiches, codialoguiste avec François Truffaut et Suzanne Schiffman pour Le Dernier Métro (1980), La Petite Apocalypse (1993) de Costa-Gavras, Le Plus Beau Pays du monde de Marcel Bluwal (1999), Faits d’hiver de Robert Enrico (1999), Le Couperet (2005) de Costa-Gavras. (Source Babelio).

La plus précieuse des marchandises ; un conte, Jean-Claude Grumberg, Éditions du Seuil

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.