La guerre est une ruse – Frédéric Paulin

la-guerre-est-une-ruse-frederic-paulin

Nous sommes en 1992 en Algérie. Une période sous haute tension dont quelques-uns profiteront quand beaucoup d’autres vont la subir de plein fouet dans un climat de peur qui s’installe. L’Algérie, pas tout à fait remise de la guerre d’Indépendance et de la violence du gouvernement Boumédiène, à la fin des années 80, adopte une nouvelle Constitution permettant l’apparition de nouveaux et nombreux partis politiques dont le Front Islamique du Salut.

La nouvelle constitution avait pour but une ouverture à la démocratie, malheureusement au premier tour des législatives de 1991, une nette victoire en faveur des islamistes se profile si bien que l’Armée met un terme brutal au processus électoral. Une poignée de généraux appelée « Les Janviéristes » prennent les rênes du gouvernement et l’état d’urgence est déclaré, les islamistes chassés devenus persona non grata. Du moins en apparence. L’Algérie à l’Histoire particulièrement contrariée sombre dans une nouvelle période de chaos absolument violente et meurtrière.

Nous suivons plusieurs personnages dont Tedj Benlazar agent de la DGSE qui est aidé du commandant Bellevue surnommé « le vieux » depuis déjà un paquet d’années, très au fait de la question algérienne mais malheureusement en bout de course, épuisé par un cancer dont il pressent qu’il aura sa peau.

Benlazar, rencardé par Bellevue, suit une piste particulièrement ardue où il risque gros. Il surveille les agissements du tout-puissant Département du renseignement militaire : le DRS qui œuvre dans l’ombre et sans modération. Il comprend également que le gouvernement cache l’existence de camps de concentration où les détenus a priori terroristes sont interrogés et plus encore torturés jusqu’à ce qu’ils « avouent » leurs crimes avant une exécution sommaire. Sans parler des conditions de détention atroces.

Flairant quelque chose de louche, il suit la piste et découvre des liens anormaux entre les militaires (le DRS) et les islamistes (plus précisément les combattants du GIA : mouvement islamiste armé).

Pourquoi les services secrets flirtent avec les terroristes ? Qui manipule qui ? Quelle est la place de la France dans ce marasme ? Á qui cela profite-t-il ? Quels sont ceux qui agissent et ceux qui ferment les yeux ?

Aidé du commandant et d’un indic qu’il rémunère, Tedj Benlazar fouille et remonte une piste que certains confrères ou ennemis à peine déguisés frémissent de voir découverte. Quant à ceux qui sont dans l’ignorance la plus totale, bien souvent, ils voient en lui un fou ou un paranoïaque dont ils se moquent gentiment. Mais Tedj ne recule devant rien. Il lui manque simplement des preuves pour convaincre sa hiérarchie de ce qui se trame en Algérie et des conséquences funestes qu’il devine imminentes en France.

Parallèlement, nous suivons Gh’Zala, une jeune Algéroise qui vit la peur au ventre, recherchant la trace de son fiancé Raouf ayant disparu après s’être radicalisé. Il se trouve avec d’autres détenus à Aïn M’Guel dans un camp mais personne ne renseigne la jeune femme. Un soir de fusillade en pleine rue, le chemin de Gh’Zala va croiser celui de Tedj.

 

Un sujet complexe traité avec brio

Voici un sujet complexe et délicat traité avec brio par Frédéric Paulin. Quel roman ! Une documentation extrêmement solide a présidé à l’écriture de ce polar géopolitique exaltant, rythmé, bien écrit, ancré dans la réalité malgré des personnages fictifs et truffé d’anecdotes sur l’actualité des années 90.

Sans jamais lâcher son lecteur, le romancier explore les méandres  d’une guerre souvent souterraine qui mènera aux différents attentats contre les pays occidentaux que l’on comprend mieux à la lecture de La guerre est une ruse. Le livre donne la voix aux différents acteurs de ce drame sans jamais verser dans le moralisme ni les raccourcis faciles. Bien au contraire.

Des personnages profonds, bien campés qu’ils soient abjects ou très humains, complètent un tableau déjà enchanteur.

À lire absolument !!!

 

L’auteur : Frédéric Paulin, auteur rennais, a publié aux éditions Goater : La grande peur du petit blanc, 600 coups par minute, Les cancrelats à coups de machette sur le génocide rwandais puis La peste soit des mangeurs de viande aux éditions La Manufacture de Livres. Il est le premier auteur à rejoindre les éditions Agullo, une jeune maison d’édition créée en 2016 qui sait dénicher de vraies petites pépites parfois à la croisée des genres.

 

La guerre est une ruse, Frédéric Paulin, Agullo Éditions

 

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.