Dans le faisceau des vivants – Valérie Zenatti

dans-le-faisceau-des-vivants-valerie-zenatti-l-olivier-librairie-le-failler

« Quand on rencontre quelqu’un, c’est signe que l’on devait croiser son chemin, c’est signe que l’on va  recevoir de lui quelque chose qui nous manquait. Il ne faut pas   ignorer  ces rencontres. Dans chacune d’elles est contenue la promesse d’une découverte. » Aharon Appelfeld

 

Valérie Zenatti se plaît à le dire,  Aharon Appelfled, le grand auteur israélien et elle s’étaient rencontrés pour la première fois plus d’une fois. Leur lien allait bien au-delà de la relation auteur-traducteur. Ces deux êtres malgré leur différence d’âge, leur lieu de vie, étaient devenus, mais peut-être l’avaient-ils toujours été sans même avoir besoin de le devenir, de véritables âmes sœur. Tout les rapprochait : cette langue qui n’était par maternelle et qu’ils avaient du apprivoiser à l’adolescence, cette vision de l’écriture qui se doit d’être en mouvement pour retenir la quintessence de ce qui fait vibrer une vie.

Valérie Zenatti raconte l’enfant, l’auteur

Avec une émotion qui étreint a chaque page du livre le lecteur, Valérie Zenatti raconte Aharon Appelfeld. Le petit garçon d’à peine dix ans qui  avait vu sa mère assassinée dans un camp et s’était évadé et réfugié, seul, dans une forêt ukrainienne avant de rejoindre clandestinement Israël,des traumas  qui émaillent chacun de ses romans. L’auteur également qui disait se méfier des mots, qui ont le pouvoir de distordre la réalité.

Valérie Zanetti, à travers Dans le faisceau des vivants tente de combler l’absence, elles convoquent les personnages d’Aharon Appelfeld qu’elle connaît bien pour avoir traduit onze des quarante-cinq livres de l’auteur -des personnages qui contrairement à ceux à qui elle donne vie dans ses propres romans, continuent à l’habiter, à la nourrir bien après qu’elle ait terminé de leur prêté une autre langue – elle réécoute les messages qu’Aharon lui avait laissés, relit des passages de ses livres, regarde des documentaires qui lui étaient consacrés, elle se noie de mots, d’images pour anesthésier la douleur de la perte.

Une superbe mise en lumière

Ce magnifique livre de Valérie Zenatti est la mise en mots d’une relation singulière, d’une amitié profonde qui puisait ses racines plus dans des questionnements communs sur la vie que sur les réponses qu’ils pouvaient mutuellement s’apporter. Valérie Zenatti livre un texte fort, une quête de soi-même à travers l’oeuvre d’Aharon Appelfeld,  une très belle mise en lumière d’un auteur dont la pensée ne disparaîtra pas, Valérie Zenatti en généreuse passeuse y veillera.

 

L’auteur : Née à Nice en 1970, Valérie Zenatti a vécu son adolescence en Israël, dans le désert du Néguev. De retour en France, elle étudie l’histoire, la langue et la littérature hébraïques aux Langues O’. Elle a publié plusieurs livres destinés à la jeunesse dont Une bouteille dans la mer de Gaza, traduit en une quinzaine de langues, plusieurs fois primé en France et à l’étranger, adapté au cinéma et au théâtre. Son premier roman, En retard pour la guerre (L’Olivier, 2006), la fait connaître auprès d’un public adulte. Il est suivi par Les Âmes sœur(L’Olivier, 2010) et Mensonges (L’Olivier, 2011), un récit intimiste où elle évoque sa rencontre avec Aharon Appelfeld dont elle est la traductrice.  Avec Jacob, Jacob (L’Olivier, 2014), elle se rapproche pour la première fois de l’Algérie d’où est originaire sa famille. Ce roman connaît un véritable succès, couronné par dix prix dont le prix du livre Inter l’année suivante. Également scénariste, Valérie Zenatti achève actuellement l’écriture d’une série pour Canal+ (Source éditions de l’Olivier).

Dans le faisceau des vivants, Valérie Zenatti, Éditions de l’Olivier

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler

 

Retrouver Valérie Zenatti à la librairie pour un apéritif littéraire à l’occasion de la sortie de son livre Dans le faisceau des vivants le mercredi 16 janvier à 18h.  Inscription en magasin ou par mail litterature@lefailler.fr 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.