Dans la forêt

ean-hegland-dans-la-forêt-gallmeister-le-failler

Le poche qu’on aime en été / juillet-août

 
« Nous détestions le thé avant que tout cela n’arrive. Je buvais du chocolat et Eva évitait la caféine, mais à présent les sachets de thé éventé de notre mère sont l’une des rares gâteries qui nous apporte un peu de bien-être. […] Si on retire l’agrafe qui ferme le sachet et qu’on tamise le thé dans un bol, on s’aperçoit qu’il ne faut qu’une pincée, juste un peu de poussière de thé, pour transformer de l’eau bouillie en un liquide légèrement parfumé dans lequel flotte un soupçon de poudre, et c’est comme une sorte d’alchimie qui civilise l’eau, donne vie au fantôme – au moins – du thé. »
A dix-sept et dix-huit ans, Nell et Eva vivent dans la maison familiale, au cœur d’une forêt. Tout ce qui fait le confort moderne a disparu : électricité, eau courante, essence… Les rares habitations autour de la leur sont désertées et toutes les communications avec l’extérieur sont coupées. Elles vivent donc en autarcie, espérant que bientôt, tout reviendra à la normale. Eva pourra intégrer l’école de danse dont elle rêve et se mouvoir à nouveau au son de la musique, tandis que Nell entrera à Harvard… En attendant, chacune travaille à préparer la suite : l’aînée pratique en silence dans son studio tandis que la plus jeune lit chaque entrée de l’encyclopédie de la maison… Jusqu’à ce que leurs parents disparaissent. Il leur faut alors surmonter le chagrin tout en essayant de survivre à deux. Mais la nature est parfois rude et les prédateurs ne sont pas forcément là où on le croit…
Un texte magnifique ! Best-seller dès sa parution aux Etats-Unis en 1996, Dans la forêt est un véritable bijou. Nell consigne dans son cahier les événements à peine perceptibles qui ont mené à cette situation post-apocalyptique. Elle y écrit l’espoir, sa relation avec sa sœur et la façon dont elles survivent, d’abord avec les réserves de leurs parents, puis en se débrouillant par elles-mêmes. Toujours avec une grande sensibilité, elle parle d’amour et de souffrance, des jours qui passent et se ressemblent, de la nature apprivoisée et des défis qu’Eva et elle rencontrent. Une écriture fluide et entraînante qui sert un roman d’apprentissage magistral.
Dans la forêt, Jean Hegland, Gallmeister
Camille et Denis
logo-commander-le-livre-librairie-lefailler
life-is-so-good-dawson-glaubman-payot-lefailler

Le poche du fond des rayons

George Dawson (1898-2001), Afro-Américain petit fils d’esclave, n’a jamais su lire ni écrire. Parce qu’il y a des choses plus urgentes à savoir pour survivre. C’est à l’âge de 98 ans qu’il décide, un peu par hasard, de réintégrer l’école pour y apprendre ces bases de notre société moderne. Un journaliste s’intéresse alors à cet homme au destin hors du commun.

« Ce matin-là, Richard  me demande soudain :
– Pour vous, cette tasse est à moitié vide ou à moitié pleine ?

– Je vois simplement que j’en ai assez, dis-je. Alors c’est parfait pour moi. »

Au fil des entretiens avec le journaliste Richard Glaubman, le vieil homme raconte sa longue vie de labeur, de son enfance à carder la laine avec sa grand-mère à ses boulots de garçon de ferme, ouvrier ou jardinier. Véritable hobo forgé à l’école de la vie, il vérifie les principes hérités de ses aïeux au gré des rencontres et des expériences. C’est ainsi que, dépourvu d’informations, de toute influence politique ou médiatique, il regarde passer avec sagesse et humilité ce siècle orageux de l’histoire américaine, marqué par la ségrégation raciale et les guerres.

« Je vois le temps depuis un siècle ; répliquai-je. Je sais ce que je vois.

Aujourd’hui, les gens allument la télévision pour savoir le temps qu’il fait, alors qu’il leur  suffirait  d’ouvrir la fenêtre et de mettre le nez dehors ! »

Un livre à ranger au côté de Richard Wright, James Baldwin ou Ernest J. Gaines, tant il dégage une force incroyable, une leçon d’intégrité, de courage et d’optimisme.

Life is so good, George Dawson, Richard Glaubman, Payot,

Denis

logo-commander-le-livre-librairie-lefailler



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.