Akiléos

Face à une production foisonnante, difficile de dénicher la pépite qui fera de vos longues soirées d’hiver des moments de plaisir et de passion. En beaux-arts, nous avons eu envie de vous présenter des éditeurs plus confidentiels au travail discret mais d’une richesse incroyable. L’occasion pour vous, lecteurs, de découvrir ces passionnés qui se cachent derrière les petites maisons d’édition, et qui œuvrent toute l’année pour proposer des auteurs et des thèmes qui sortent de l’ordinaire.

l-editeur-du-mois-mai-2018-akileos

 

En mai, notre choix s’est porté tout naturellement vers un éditeur dont une partie du catalogue est dédiée au cinéma : Akiléos. Nous vous proposons de découvrir sa petite collection qui analyse scène par scène les plus grands classiques du cinéma ! Rencontre avec ceux qui font vivre cette collection depuis bientôt deux ans, pour notre plus grand plaisir !

 

Qui se cache derrière les éditions Akiléos ?

Richard Saint-Martin (éditeur/marketing) et moi-même (éditeur/administration), Diane Lecerf (éditrice/directrice artistique) et Matthieu Riou (relations presse/libraires;communication)

 

Comment sont-elles nées ?

La création par Richard et moi date de janvier 2003. Nous avons publié 3 titres la première année et nous en sommes à une trentaine par an aujourd’hui.

 

Comment sélectionnez-vous les auteurs/thèmes/titres ?

Très simplement: quand un projet plait à l’un d’entre nous, il le soumet aux autres et si tout le monde est partant, on se lance. C’est la seule « ligne éditoriale » et nous tenons à cet éclectisme.

 

Quels sont les projets en cours ?

En BD, pour la rentrée, le deuxième tome de Renato Jones de Kaare Andrews, une intégrale de la Cité des chiens de Jakub Rebelka et Yohan Radomski, une réédition de notre bestseller Block 109, Amulet T8, Stand Still Stay Silent de Mina Sundberg, la suite de Giant Days, Nico of Time de Eduardo Natalini… Du nouveau sur Doctor Who également avec le redémarrage de la série TV.

En cinéma, le making of de La Forme de l’eau, le nouveau classique de Guillermo Del Toro, la suite de la collection BFI avec Les Dents de la Mer, Akira puis Matrix et In the Mood for Love.

En illustration, Créatures de Jean-Baptiste Andreae.

Quels coups de cœur ces derniers temps (Livres, cinéma, art … ?)

Déjà disponible, la suite et la fin de Versipelle de Anne-Catherine Ott et Isabelle Bauthian, superbe récit d’amour, de tragédie, et de merveilleux. Le 2 mai, il faut se jeter sur Le Prince et la Couturière de Jen Wang (dont nous avions déjà publié le précédent titre, IRL-Dans la vraie vie) et en cinéma, le sublime livre sur Le Grand Budapest Hotel de Wes Anderson qui sortira fin mai.

Enfin, le recueil de dessins de JB Andreae, Creatures, a été repoussé à la rentrée, mais il s’annonce exceptionnel avec cette idée de mélange de pin-up et de monstres.

 

Comment sélectionnez vous les auteurs/thèmes/titres ?

Très simplement: quand un projet plait à l’un d’entre nous, il le soumet aux autres et si tout le monde est partant, on se lance. C’est la seule « ligne éditoriale » et nous tenons à cet éclectisme.

 

Quels coups de cœur ces derniers temps (Livres, cinéma, art…) ?

Déjà disponible, la suite et la fin de Versipelle de Anne-Catherine Ott et Isabelle Bauthian, superbe récit d’amour, de tragédie, et de merveilleux. Le 2 mai, il faut se jeter sur Le Prince et la Couturière de Jen Wang (dont nous avions déjà publié le précédent titre, IRL-Dans la vraie vie) et en cinéma, le sublime livre sur Le Grand Budapest Hotel de Wes Anderson qui sortira fin mai.

Enfin, le recueil de dessins de JB Andreae, Creatures, a été repoussé à la rentrée, mais il s’annonce exceptionnel avec cette idée de mélange de pin-up et de monstres.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.